jeudi 7 septembre 2017

Le Meurtre d'O'Doul Bridge

Le Meurtre d'O'Doul Bridge - Florent Marotta

Auteur :
Florent Marotta




Editeur :                       
Collection :
Le French Coach
Genre :
Thriller, Suspense, Policier
Série :
Le French Coach (1)
Nombre de pages :
248 pages
Format lu :
Numérique
Date de parution :
7 septembre 2017
Prix d’achat :
9,99€ (poche)
4,99€ (numérique)

Un roman innovant qui m’a fait passer un moment de lecture sans prise de tête !

Résumé du roman
               
San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable. Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l'emporte. Réveillant les douleurs du passé.

Mon avis


                Aujourd’hui est le jour de la sortie nationale de ce roman plutôt original et je voudrais remercier Taurnada de me l’avoir fait découvrir quelques jours plus tôt. Je n’ai pas pu refuser car quand j’ai lu le résumé et l’extrait disponible, je voyais quelque chose de nouveau, d’original dans l’histoire. Arrivé à la fin de ma lecture, je peux dire que j’ai assez bien apprécié ce roman de Florent Marotta.

                Tout d’abord, ce qui m’a fait apprécier ce roman est, comme mentionné dans l’introduction, son originalité. Donner un côté nouveau à un livre ou un genre littéraire est un pari assez risqué. Soit ça retombe du bon côté et ça plait aux lecteurs, soit, à contrario, ça peut retomber du mauvais côté et faire un flop total. Comme vous pouvez le devinez, j’ai apprécié de risque et le résultat qu’il donne. Lorsqu’on lit un thriller ou un policier, on a l’habitude d’être plongé dans un cadre sérieux qui se concentre sur l’enquête et sa résolution. C’est un cadre que j’aime énormément. Ici, le ton était plus léger tout comme le cadre. C’était différent. On abandonnait le sérieux pour se réfugier dans un univers qui misait plus sur l’humour. Les détails sur l’enquête étaient plus réduits pour faire place à une seconde intrigue sur le passé du personnage en question. Les normes habituelles de ces genres étaient chamboulées et il fallait s’y habituer rapidement. C’est un peu comme les couverts. Nous sommes habitués d’utiliser une fourchette et un couteau pour manger la plupart de nos repas. Si un jour, nous décidons de prendre des baguettes pour manger notre plat, nous aurons un certain temps d’adaptation. Certains abandonneront, d’autres continueront jusqu’au bout et trouveront cette expérience intéressante. J’ai abandonné les baguettes depuis longtemps. Par contre, je n’ai pas lâché ce roman une seule seconde.

                Ensuite, le personnage principal était assez intéressant. Là, par rapport aux autres romans du genre disponibles sur le marché du livre, nous nous trouvions encore dans l’inédit. Les traits du personnage étaient plus adoucis, moins durs et froids. Il y’avait également une certaine distance entre le lecteur et le héros principal mais cette distance, à la place d’être handicapante, était confortable. Le caractère du personnage étant assez détonnant, il était plus facile de le regarder en tant que spectateur que de courir avec lui, de le suivre à la trace. Et comme vous pouvez le voir, certes, cela n’a pas rapproché le lecteur du héros mais n’a pas joué en défaveur du roman. D’ailleurs, c’est assez original pour un thriller de ne pas être proche, collé au personnage et je pense que ne pas l’être est assez nouveau, ce qui fait que nous apprécions un peu ce changement. Ce qui m’a également plu dans ce livre est que nous apprenons son passé, par morceaux, par rêves. On ne se rapprochait pas de lui dans le danger mais plus dans la découverte de son passé. C’est pour cela que nous étions distants dans l’action et la prise de risques et plus proches lorsque nous découvrions ce qu’il a vécu. 

                Pour terminer, je ne peux pas terminer cet avis sans parler de la plume de l’auteur. J’avais déjà découvert le talent de Florent Marotta dans un thriller assez sombre et un roman de fantasy. Alors, le découvrir dans un policier un peu décalé m’a assez surpris. Et en même temps, je me suis dit « pourquoi pas », pourquoi ne pas le découvrir dans un autre genre, voir si cela lui convient, voir si cela me plaît autant que les romans précédents. Je pense que certains lecteurs aimeront ses romans d’avant et apprécieront celui-là, d’autres aimeront celui-là et apprécieront les autres. Tout dépend de leur genre préféré. En tout cas, je dois avouer être impressionné par un tel changement de plume entre deux livres. Un vrai caméléon. Son style d’écriture en fonction de l’histoire qu’il imagine. Beaucoup d’auteurs se cloisonnent dans un seul et même genre. À chacun de leur livre, on découvre les mêmes subtilités et malgré cela, on aime leurs romans car ils ont une plume affûtée. Dans le cas de Florent Marotta, c’est différent et plus nuancé. Il arrive de changer de plume comme de genre littéraire et on ne retrouvera pas les mêmes subtilités. On appréciera ses œuvres d’une manière différente. Certains ouvrages auront un coup de cœur tandis que d’autres auront juste une bonne appréciation et je trouve cela assez excitant. Prendre un livre d’un auteur que l’on connait sans savoir à quel point on va apprécier le roman. C’est un mystère et comme tout mystère, cela nous emballe !

                En conclusion, si vous voulez découvrir un roman un peu décalé par rapport aux autres tout en passant un moment sans prise de tête, je vous propose de découvrir ce récit de l’auteur caméléon, Florent Marotta ! Encore merci aux éditons Taurnada.


★★★✬

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie