vendredi 20 juillet 2018

Les Prières de sang


Les Prières de sang – Jean-Marc Dhainaut

Auteur :
Jean-Marc Dhainaut



Editeur :                       
Collection :
L’ombre des mots
Genre :
Thriller, Fantastique, Epouvante
Série :
/
Nombre de pages :
218 pages
Format lu :
Numérique
Date de parution :
5 juillet 2018
Prix d’achat :
9,99€ (broché)
4,99€ (numérique)

Pensez-vous les fantômes inoffensifs ? Si oui, n’ouvrez pas ce livre…

Résumé du roman
               
Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire…


Mon avis


                Alan Lambin, ce nom vous est peut-être inconnu, lecteur errant sur cet avis ou assidu des éditions Taurnada. Ma connaissance de ce spécialiste du paranormal a commencé avec une maison bleu horizon et des souvenirs de guerre. Quand on me proposa de l’accompagner dans ses dernières aventures, j’ai sauté dans mes chaussures de randonnée pour le suivre le long de ces quelque 200 pages. Une aventure qui m’a coupé le souffle avec un avis qui a la prétention d’essayer de vous mettre en haleine.

                Tout d’abord, ce que j’aime avec Jean-Marc Dhainaut, c’est sa capacité à construire son récit dans un passé relativement proche car le récit se déroule – si je ne mélange pas les chiffres – il y a une trentaine d’années. Nous vivons dans un monde hyper connecté, qui change assez vite et nous retrouver dans un univers avec des appareils photo dont il faut développer le film ou l’inexistence des portables. Cela pourrait paraître incongru mais tout nous semble normal, expliqué avec tellement de simplicité et d’une manière naturelle. Je me suis directement senti plongé dans ces années, avec le décor pittoresque, les voitures à l’ancienne et même l’habillement. Quelques-uns pourraient dire que ce n’est qu’un détail avec peu d’importance mais en tant qu’amateur de lecture, chaque détail a son importance et celui-là montre l’aisance d’écriture de l’auteur. Je pense également qu’une atmosphère rétro favorise le côté paranormal du récit, lui donnant une consistance plus dure, plus vraie. Ce côté où beaucoup de choses ne sont pas encore totalement expliquées par la science et à la fois assez pour qu’on ne se dise pas que les personnages soient ignares. Dans le temps, les histoires de fantômes étaient plus appréciées et qu’en écrire une dans le monde moderne paraîtrait tellement incongru. Donc, un petit détail qui a toute son importance car il permet déjà de se mettre dans l’ambiance de ces futures aventures.

                Ensuite, un autre élément apprécié est la force des péripéties paranormales. J’étais dans l’ambiance, j’en voulais du fantôme et pas à petites doses. Je pense que je peux dire, sans me tromper, que j’en ai dégusté. Je pense que j’ai directement été dans l’ambiance de ce roman et c’est ça qui m’a poussé à vouloir des fantômes, un peu comme le jeune adolescent lors de son premier cours de conduite, une certaine hâte de découvrir tout en ne sachant pas comment faire face à cela. Aborder une histoire de fantômes, même avec une bonne ambiance, reste compliqué car cela a déjà été visité de nombreuses fois par les auteurs, les réalisateurs et même, les dessinateurs. Il faut essayer de rester dans le registre connu de tous tout en essayant d’y laisser son empreinte, de marquer même légèrement les lecteurs, de ne pas les ennuyer, de ne pas rendre les péripéties prévisibles. Là encore, l’auteur a su me contenter et montrer qu’il maîtrisait son sujet avec brio. Là où nous avions un fantôme qui voulait raconter la vérité dans son premier roman, nous en avons d’autres avec des desseins différents dans le second. Il montre qu’il connaît le registre et sait jouer dedans avec une certaine maîtrise, ce qui rend le récit de qualité. Ces fantômes m’ont donné la chair de poule, croyez-moi !

                Pour terminer, l’intrigue ou devrais-je plutôt dire, les intrigues. C’est sûrement l’un des éléments que j’ai le plus appréciés. Lors de son premier roman, on s’était vraiment concentré sur l’enquête, en soi, et cela suffisait car il y avait des péripéties, des retournements et matières à réfléchir. Une intrigue simple qui m’a permis de me détendre dans une période chargée. Me voilà en vacances, toujours aussi fatigué et surchargé (pour ne pas changer) mais pouvant m’accorder des moments de lecture plus longs (ça me manquait). Dans ce second roman, on trouvait aussi cette intrigue autour de cette histoire paranormale, cette enquête et cette envie de découvrir le passé et la vérité. Et rien que cette enquête aurait pu suffire pour me faire passer un agréable moment de lecture tellement qu’elle était assez bien ficelée. Jean-Marc Dhainaut a présenté ses personnages, réussissant à renforcer l’intrigue rapidement évoquée dans le premier roman, l’actualisant et la rendant plus concrète dans celui-ci. J’ai vraiment aimé découvrir un peu plus autour des personnages principaux, leur intrigue avait un certain charme, une innocence qui faisaient sourire, contrastant avec la terreur de leurs aventures. Je trouve cela tout simplement magique.

                En conclusion, ce second roman d’Alan, chasseur de fantômes, m’a convaincu et m’a permis de me détendre au rythme de ses mots. Une lecture agréable.

★★★★

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie