lundi 17 juillet 2017

The revolution of Ivy (2)

The Revolution of Ivy – Amy Engel

Auteur :
Amy Engel




Editeur :                       
Pocket Jeunesse
Collection :
Pocket Jeunesse
Genre :
Dystopie, Science-fiction, Romance
Série :
Ivy
Nombre de pages :
288 pages
Format lu :
Papier
Date de parution :
6 avril 2017
Prix d’achat :
6,95€ (poche)
9,99€ (numérique)
15,00€ (broché)

Je l’ai attendue avec impatience : cette suite m’a littéralement replongé dans ces États-Unis chaotiques. J’ai pu enfin voir la fin de l’histoire !

Résumé du roman
               
Au-delà de la barrière, l'hiver approche. Il va me falloir trouver des vivres, un abri. Et des alliés. Mais je dois aussi faire un choix : oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener la révolution ?

Je ne suis plus une Westfall ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

Mon avis

-          Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, ne lisez pas cet avis –

                Le premier tome avait fait grand bruit et je l’avais lu sur le tard. J’avais apprécié ce nouvel univers et malgré moi, ce qui m’arrive assez rarement, j’attendais avec impatience la sortie de la version poche du second tome. Cette suite m’a plu même si certains points m’ont étonné. Je vais, de ce pas, vous dévoiler les raisons de mon appréciation.

                Tout d’abord, le premier élément que j’ai apprécié est la force de la romance présente dans ce livre. Malgré le fait qu’elle soit expulsée, on a toujours ce petit reliquat amoureux qui agit quand même sur sa personne et sa volonté. Dans un livre mettant en scène une dystopie, la naissance d’une relation amoureuse n’est pas encore un fait accompli. C’est peut-être ce qui m’avait attiré vers le premier tome : la promesse de sentiments qui ont encore plus de mal à exister dans ce nouveau monde qui nous est présenté. Je trouvais cela original et des plus intéressants. On sortait des sentiers battus du genre pour découvrir un nouveau mélange entre sentiments et action. Malgré ce qu’on pourrait penser, ce mélange ne s’est pas vraiment arrêté à la sortie d’Ivy de Westfall. Même si cela a été plus dur à mettre en scène, même si trouver les bons mots n’était pas tâche simple, nous avons ressenti cette aura amoureuse régnant également dans le premier tome. Je trouve que c’est un beau message ainsi qu’une belle aventure. Même lorsque tout notre quotidien s’effondre, les sentiments sont toujours là. Cette relation a apporté et apporte encore du pouvoir au roman, le rendant plus intéressant encore et c’est peut-être pour cela que j’attendais avec hâte la sortie de ce second tome.

                Ensuite, le suspense, par contre, n’a pas été des plus contrôlés. Certains éléments ont su m’impression et me faire lever un sourcil car je ne les avais pas du tout anticipés. D’autres, par contre, étaient très évidents et si l’histoire se déroulait autrement, elle n’aurait pas vraiment été crédible. Bien entendu, je ne vais pas citer ces éléments ici. Je reprochais, dans mes souvenirs, ce problème déjà dans le premier tome. Un suspense mitigé. On ne se demandait pas ce qui allait arriver par la suite mais quand cela allait arriver. Plus les pages passaient, moins cette question était passionnante car sachant que cela allait arriver, les moments pour que ça se déroule étaient de moins en moins nombreux. Je trouve cela dommage, c’est le talon d’Achille de ce livre, un assez grand talon. Maintenant, il est vrai qu’il y’a deux ou trois scènes qui ont su m’impressionner, auxquelles je n’avais pas du tout pensé et là, j’ai bien aimé être surpris. Cela me faisait sourire et j’avais l’impression que mon intérêt grandissait avec ces scènes, que mon attention s’affutait pour que cela ne se reproduise plus. Malgré la faiblesse du suspense, ce dernier a su m’avoir quelques fois dans le roman.

                Pour terminer, les mots et les tournures de phrases étaient bien choisis. Nous n’avions ni un langage se rapprochant trop du parler, ni un langage soutenu qui aurait joué le rôle d’obstacle dans notre lecture. Mais bon, cela est le cas pour la plupart des romans. Non, ce qui m’a plu, c’est que malgré les mois d’écart entre les deux livres, je me suis tout de suite replongé dans l’histoire et dans l’univers de ce monde. Je me rappelais tout ce qui s’était passé dans le premier tome. Je ressentais toutes les sensations extérieures que l’héroïne percevait : le danger, la chaleur, la tristesse… Je ne ressentais peut-être pas cela comme elle mais je percevais ces auras créées par l’auteure. Je n’étais pas dans la peau du personnage, j’étais un peu détaché du récit mais je ne pouvais pas ne pas voir ces sensations. L’histoire ne nous était pas racontée mais nous vivions ce qui se passait. Nous avions l’impression d’être dans l’histoire sans vraiment y être. Nous n’étions pas vraiment un personnage mais plus qu’un simple spectateur. Et cette sensation créée par les mots était assez intéressante.

                En conclusion, ce livre a su me détendre durant quelques journées de mes vacances, me replongeant dans un univers aimé par tant de lecteurs et peut-être, majoritairement de lectrices.

★★★

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie