samedi 10 juin 2017

Au bonheur de ces dames

Au bonheur de ces dames – Angela Behelle

Auteur :
Angela Behelle

Editeur :                       
Collection :
Piment rouge
Genre :
Erotique, Romantique
Série :
/
Nombre de pages :
544 pages
Format lu :
Papier
Date de parution :
Avril 2017
Prix d’achat :
9,99€ (poche)
6,99€ (numérique)

Une romance érotique qui nous prend au corps ; nous sommes incapables de nous en défaire

Résumé du roman

À 18 ans, Jérémy quitte le confort douillet et protecteur de sa campagne normande pour se lancer dans de brillantes études littéraires à Paris.

Un seul regard de Claudia, la voluptueuse libraire suffit pour que sa vie bascule définitivement.

Mais entrer dans l’univers de Claudia signifie également en accepter les règles et les secrets, plus nombreux qu’il y paraît.

Mon avis


                Nous sommes le 10 juin, vous savez ce que cette date signifie ? Mon premier jour de vacances. Certes, je suis en congé mais le 10 juin est le premier jour du premier festival 100% romance organisé par France Loisirs. Durant ce festival, leur offre en romances est plus variée et nombreuse, avec notamment ce roman que j’ai assez apprécié.

                Tout d’abord, je vais aborder les personnages de ce livre. Un jeune étudiant. Une libraire plus âgée. Je n’ai pas besoin de vous dire que, pour une fois, ça change des autres livres érotiques où la femme est relativement jeune et l’homme, riche et charismatique, plus âgé. Les rôles s’inversent et dès la lecture du résumé, cela m’a plu car je suis à la recherche d’œuvres originales et non de pâles copies d’un certain « 50 nuances ». Être originaux, c’est bien mais plaire aux lecteurs, c’est mieux. Ainsi, j’ai directement fait connaissance avec les personnages et surtout, ce jeune étudiant. Je me suis beaucoup identifié à lui car moi-même, j’en suis un et j’aime beaucoup les livres. Puis, le voir se transformer tout au long du roman ne pouvait faire qu’en sorte que je me rapproche de lui. Il évoluait. Il changeait. Il se transformait. Voir tout cela est une expérience très intéressante et comme je l’ai dit, cela nous fait rapprocher du personnage principal. Il y’avait également une part de mystère, de suspense. On voulait découvrir les petits secrets des personnages et cette attente, cette quête nous exaltait et la moindre information captée, recueillie nous rapprochait encore plus des protagonistes et leur vie. J’étais sous leur charme et un vrai lien nous unissait.

                Ensuite, la trame du récit est aussi un élément qui mérite d’apparaître dans cet avis. L’histoire brute. Le scénario. Certains diront que le scénario est simple et qu’une seule chose en ressort. Le sexe. Il est vrai que le sexe est un élément omniprésent dans ce roman, je ne peux le nier, mais je pense qu’il faut essayer de comprendre les effets qu’il a sur l’histoire et les personnages et là, quand on prend le temps d’analyser et d’étudier cela, on voit qu’il a un rôle plus important. C’est lui qui crée les liens entre les personnages, lui qui est la cause des changements du personnage principal, lui qui est le moteur de ce récit, qui l’anime et le fait vivre. L’intrigue principale est la relation que partagent les deux héros principaux et pour une intrigue relationnelle, elle a su susciter l’intérêt chez moi. D’habitude, j’aime les romances avec de l’action, une autre histoire sur le côté car je trouve les histoires purement romantiques un peu trop lentes. Ici, j’en fus impressionné. Je n’ai pas ressenti le fait d’avancer lentement au sein de l’histoire. L’intrigue était prenante, très prenante et on n’en pouvait se soustraire. On voulait tourner les pages, connaître la fin. D’ailleurs, j’ai lu les 200 dernières pages en deux jours alors que j’étais en période d’examens.

                Pour terminer, la plume de l’auteur est aussi un des ingrédients d’un récit et je vais m’attarder quelque peu dessus. Je pense que la plume d’un auteur est importante car c’est elle qui insuffle la vie dans les mots, c’est elle qui fait vivre l’histoire, qui transporte le lecteur au sein du récit. Pourtant, c’est un élément qui reste assez subjectif et qui peut susciter le débat entre lecteurs. Il n’existe pas de plume parfaite, adaptée pour tous les lecteurs. Le langage était un peu cru. Cru mais pas dérangeant. Cela ne m’a pas vraiment gêné, j’ai juste été étonné d’une telle liberté de langage. Après quelques dizaines de pages, je me suis habitué à ce vocabulaire et n’ai même plus levé un sourcil. Je pense qu’ils s’adaptaient au récit. Concernant les tournures de phrases, je les ai trouvées assez bien faites et dignes d’un roman. Parfois, certains livres ressemblent trop au langage qu’on emploierait oralement pour raconter un récit et cela m’embête toujours car je n’arrive pas à me plonger dans l’univers du récit, c’est un frein, un obstacle. Ici, nous avons une plume assez fine pour être supérieure face au langage oral et pas trop prétentieuse pour écrire de manière ampoulée car cela aussi est horrible. L’auteure a trouvé le juste milieu et je ne peux que la féliciter.

                      En conclusion, je ne peux que vous recommander ce roman si vous voulez découvrir des histoires romantiques quelque peu pimentées.

★★★★

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie