mardi 30 août 2016

Le jour et la nuit (1)

Titre
Auteur
Laëtitia Langlet
Editeur
Sharon Kena
Collection
Paranormale
Date de sortie
22 mars 2016
Nombre de pages
238 pages
Prix
14,00€ (papier) – 6,49€ (e-book)

Un roman prometteur faisant vivre au lecteur un moment de lecture sans prise de tête

 
                                                     

Synopsis
           
Le jour de ses 22 ans, Stella a un terrible accident de voiture. Quand elle se réveille le lendemain à l’hôpital, sa vie bascule à tout jamais en apprenant que sa sœur jumelle a disparu.
Stella va devoir partir à sa recherche tout en surmontant l’inexplicable, depuis qu’elle a ouvert les yeux dans cette chambre d’hôpital, elle voit et ressent des choses qu’elle ne devrait pas.
Hallucinations ? Résultat du choc post-traumatique ? Phénomènes paranormaux ? Entre secrets et mensonges, un nouveau monde qu’elle ne soupçonnait pas va s’ouvrir à elle. Aura-t-elle le courage d’aller jusqu’au bout de sa quête pour découvrir la vérité ? 


Mon avis

            J’aime lire des livres de petits éditeurs car ils sont inconnus et on ne sait pas à quoi s’attendre. Ils ne proposent peut-être pas l’histoire du siècle mais nous sommes, la plupart du temps, étonnés et passons un bon moment de lecture. En lisant le résumé de ce roman, je ne savais pas sur quoi je pouvais tomber. Une histoire à couper le souffle ? Un engrais pour potager ? J’ai pris un risque en le lisant. Ce livre n’est ni un diamant ni une motte de terre, il se trouve entre les deux sans aucune prétention, juste pour que le lecteur passe un bon moment.

            Tout d’abord, je dois avouer avoir été assez étonné par la féminité du roman. Généralement, les livres d’action, fantastiques ou non ont un côté sauvage, barbare dans lequel on retrouve toute l’agressivité mâle, toute l’adrénaline de l’homme. Dans ce roman, bien au contraire, l’action, les péripéties avaient un côté doux et le résultat était assez étonnant et pas au goût de tout le monde à mon avis. Je pense avoir la chance d’avoir lu de nombreux romans pour m’arrêter sur ce point de vue et peser le pour et le contre, les points forts et faibles de cet aspect en toute objectivité et ensuite, exprimer mon avis. Certes, en adoptant un point de vue féminin, nous avons un tout autre suspense, un suspense qui à mes yeux est différent, moins bien ficelé car notre interrogation s’est calée sur la réflexion du personnage et nous avons donc directement des pistes de réponses ou des doutes. Je pense que l’homme a un certain sens pour déterminer le coupable, sens mis en parenthèse pour la femme au profit d’autres. Il est prouvé scientifiquement que l’homme et la femme réfléchissent autrement et lire un récit dans lequel la féminité à un tel accent est une expérience nouvelle et incroyable car outre l’action qui nous est un peu inconnue, un peu différente, nous pouvons analyser nos différences comportementales. L’action rapide et violente que nous recherchons prend de moindres proportions et reste douce. C’est donc au lecteur de voir ce qu’il veut.

            Ensuite, j’aimerais parler des personnages et je dois avouer que j’ai été étonné. Je ne me suis pas senti spécialement proche des personnages et je pense que c’est un point faible de ce roman, en tout cas, à mes yeux. J’ai l’impression qu’ils ont été imaginés sur le même modèle, sur les mêmes réactions. La protagoniste principale, Stella, a apparemment le pouvoir de contrôler les réactions des autres. J’ai l’impression que dès qu’elle veut une réponse, elle l’a et que tout le monde dit ce qu’elle voudrait entendre. Je n’arrive pas bien à différencier les différents caractères des personnages et cela est assez dommage sans pour autant être décisif. Chacun a ses goûts et en discutant autour de moi, tout le monde n’accorde pas de l’importance aux personnages. Pour ma part, oui. J’aurais aimé découvrir des personnages, des hommes plus masculins, plus colériques et un peu moins conciliants envers notre héroïne endeuillée. Là, encore, c’est une fameuse différence entre l’homme et la femme. À travers des personnages, nous lisons encore la douceur d’une femme. Je vous rassure, je ne suis ni misogyne ni sexiste. Pour moi, pour ses prochains romans, l’auteure devrait travailler un peu plus longuement sur ses personnages pour les rendre plus intuitifs, plus proches de la réalité, plus… mâles. Du moins, pour les héros car dans l’ensemble, je les ai trouvés un peu mous.

            Pour terminer, le scénario de fond, le fond de l’histoire était excellent. Il est assez difficile de séparer le scénario de la féminité employée mais en prenant le temps, on remarque que l’idée de fond est merveilleusement bien ficelée et nous comprenons pourquoi l’histoire coulait, glissait avec une certaine aisance devant nos yeux. Certes, ce n’est pas non plus le scénario du siècle, celui qui va rendre ce livre un best-seller mais quand nous avons simplement l’envie de passer un moment de lecture agréable et surtout, sans prise de tête, cela est le bienvenu. Nous maîtrisons la trame de fond car nous l’avons déjà rencontrée, que ce soit dans un autre livre ou au cinéma, dans un film d’action américain. Cela ne nous étonne pas et nous ne devons pas avoir l’esprit très éveillé pour lire cela. Je me répète, cela est plaisant quand on veut un chouette moment de lecture lorsqu’on est fatigué, pendant la soirée ou après une journée de boulot assez éprouvante. C’est une idée passe-partout qui n’étonne plus mais qui plait encore.

            En conclusion, je recommande en premier lieu ce roman aux jeunes lectrices voulant lire quelque chose avec de l’action et qui n’en ont pas vraiment l’habitude.


Pour l’acheter
            



      

      

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie