mardi 12 janvier 2016

Zoom sur ... Taurnada

Interview avec Joël Maïssa – Taurnada


Nous lisons tous les jours des livres et admirons le talent des auteurs mais nous ne regardons jamais du côté des éditeurs, qui, sans eux, nous priverait d’un grand nombre de livres. L’édition est un milieu rude qui nécessite de nombreuses heures de travail et pourtant, ils sont souvent invisibles. C’est comme une pièce de théâtre dont l’auteur est le héros et la maison d’édition, l’équipe technique. Sans cette dernière, le héros et son travail resterait dans l’ombre.

J’ai donc décidé de tourner le projecteur, non vers un auteur mais bien vers une maison d’édition et j’ai choisi Taurnada pour cette interview.

Avant de commencer cette interview, j’aimerais remercier Joël Maïssa d’avoir pris le temps de jouer le jeu en répondant à mes questions.

Brève présentation :

Fondée en juin 2014, à Nice,  par Joël Maïssa, Taurnada Éditions aspire tout simplement à dépoussiérer le plaisir de lire.

Nous vous invitons à emprunter son "sentier", à redécouvrir le paysage des mots...

Notre ligne éditoriale : Science-fiction, Fantastique, Thriller & Policier. Lecture aérienne & immersive au service d'une histoire originale est notre priorité  !

Notre ambition est de publier à compte d'éditeur le coup de coeur du moment, au format papier et électronique.

  •  Pour travailler dans l’édition, il faut aimer les livres. D’où vient cet amour des livres ?


D’où vient cet amour des livres ? Je n’en sais rien, j’ai toujours aimé lire, aussi loin que je m’en souvienne ; adolescent, j’étais un gros dévoreur de littérature dite populaire, des romans de gare comme on disait à l’époque. Mais l’auteur qui m’a le plus aspiré dans son tourbillon est sans aucun conteste Serge Brussolo, un auteur à l’imagination démentielle, un maître dans l’exploration du bizarre et du sombre ; lorsqu’on a lu du Brussolo, il est dur de retrouver chaussure à son pied…
  •  Comment vous est venue l’idée d’ouvrir une maison d’édition ?


L’aventure a commencé après la fermeture de Virgin Megastore. J’y ai travaillé pendant plus de 10 ans au rayon livres, CD & DVD, la fiction m’a toujours passionné. Chômage technique oblige, pas trop d’idées, conjoncture compliquée… et rencontre électronique avec Christian MANTEY, l’auteur des romans JAG, célèbre série de SF des années 80. D’un commun accord nous avons décidé de la relancer et je me suis mis en charge de lui trouver une maison d’édition capable de soutenir le projet. Taurnada, à cette époque, n’existait pas. De fil en aiguille, Stéphane MARSAN, des éditions Bragelonne, a été intéressé mais le projet est finalement tombé à l’eau. N’étant pas d’un naturel pessimiste, je ne désespère pas de voir revenir la série sur le devant de la scène. Christian MANTEY a d’ailleurs l’intention de l’adapter aux USA, mais je ne fais pas partie du projet, car entre-temps j’ai décidé de créer les éditions Taurnada

Dans le même laps de temps, j’ai eu un échange d’e-mails avec Thierry PONCET, écrivain et rédacteur du célèbre auteur/baroudeur Cizia ZYKË, à propos de son dernier roman, échange qui a enfoncé le dernier clou dans l’édifice de mon projet.

  • Comment l’idée du nom vous est-elle venue ?


Le nom de la maison d’édition m’est venu tout naturellement un jour où j’imaginais un tourbillon de mots volant au-dessus d’un manuscrit : Tornade, Tornado, Tornada… Taurnada.
  • Avez-vous déjà essayé d’écrire un livre ?


Oui, j’écris depuis toujours. Mais aucun livre n’est à ce jour achevé à 100 %. Récemment, j’ai commencé un nouveau roman, mais il est en veille par manque de temps. Peut-être qu’un jour j’arriverai enfin à en terminer un.

  • En ouvrant votre propre entreprise d’édition, avez-vous eu des désillusions ?


Non, pas vraiment, je suis quelqu’un qui essaye de penser à tout, un peu trop, je me pose des centaines de questions auxquelles je dois absolument trouver des réponses. Avant de me lancer dans l’aventure, j’ai passé des milliers d’heures à trouver des solutions à des problèmes qui n’étaient pas encore d’actualité.

  • Comment vos proches ont-ils réagi face à ce projet ?


Ils m’ont pris pour un fou, sauf ma compagne qui a tout de suite cru en moi.

  • Il y a beaucoup d’éditeurs sur le marché. Ressentez-vous vraiment de la concurrence face aux grandes maisons ? Si oui, est-ce une concurrence rude ?


Il y a beaucoup de maisons d’édition en France, le chiffre est impressionnant. En ce qui concerne les grosses maisons d’édition, ce qui est dommage c’est que leurs matraquages publicitaires ne laissent guère de place aux autres publications… Heureusement, il y a beaucoup de lecteurs qui cherchent autre chose que le devant de la scène, l’amour de la lecture est encore bien vivant.

  • Comment vous démarquez-vous des autres éditeurs ?


Nous ne cherchons pas à tout prix à nous démarquer des autres maisons d’édition, nous faisons ce que nous aimons, du mieux possible ; nous éditons nos coups de cœur, le roman qui a su nous divertir agréablement. Nous ne cherchons pas à tout prix le roman qui va révolutionner tel ou tel genre, non, nous avons juste pour ambition de faire passer un excellent moment à nos lecteurs… C’est notre principal objectif. Nous avons opté pour le format poche, ce qui permet de proposer des fictions inédites à un prix abordable.

  • Quelles sont les différentes étapes avant qu’un manuscrit ne devienne un livre ? Combien de temps dure le parcours entre le moment où vous recevez le texte et le moment où il est commercialisé ?


L’aventure commence à la lecture du manuscrit ; si la magie opère nous proposons un contrat à l’auteur. Une fois les formalités terminées nous débutons la relecture et correction, s’ensuit la mise en page et la maquette de la couverture, l’auteur étant consulté à chaque étape.
Voilà, en général, entre la signature du contrat et la publication, un délai de 4 à 6 mois s’écoule, tout dépend du travail qu’il y a à faire sur le manuscrit.

  • Quelles sont vos ambitions futures au sein de la maison d’édition ? Avez-vous déjà des projets concrets ?


Fin janvier, nous allons lancer une série d’aventure / thriller de Thierry PONCET : « HAIG », un personnage imaginé avec Cizia Zykë il y a quelques années, série qui n’a jamais vu le jour à l’époque pour cause de mauvaise entente entre l’éditeur et Cizia.
Courant mars Estelle THARREAU va enrichir notre collection « Le tourbillon des mots » avec son thriller « Orages ».
Fin mai, début juin, nous allons également lancer une deuxième saga, d’Urban Fantasy cette fois, de Florent Marotta. Mais c’est encore top secret… Non je plaisante, l’héroïne principale s’appellera Yzé et tout ce que je peux vous dire c’est qu’elle va vous surprendre…

  • En tant qu’éditeur, le livre numérique a-t-il un poids plus lourd que le livre papier ?


Non, pour l’instant nous vendons plus de versions papier, sauf pour « Sans raison » de Mehdy Brunet qui marche aussi bien en version papier qu’en version numérique.

  • Comment voyez-vous le futur de l’édition ?


Compliqué, cela ne risque pas de s’arranger ; si personne ne veut y mettre du sien, cela risque de devenir un « beau b----l ». Tout le monde doit faire des efforts, pas seulement les éditeurs. Si un libraire refuse de se donner la peine de commander un livre pour un client sous prétexte qu’il ne va pas se faire « grand-chose », eh bien, je pense qu’il creuse sa tombe. C’est un peu ce qui c’est passé avec les Virgin, la fin a été rapide lorsqu’il ne restait plus que les clients Pub TV qui se sont peu à peu rendu compte que l’on pouvait très bien trouver le dernier Musso pas loin du lait demi-écrémé…

  • Avez-vous des conseils à donner pour tous les (futurs) auteurs ?


Prendre simplement plaisir à écrire. Le chemin est long et caillouteux, alors autant s’amuser.

  • Aimeriez-vous rajouter quelque chose pour terminer cette interview ?


Tout d’abord merci pour cette entrevue, c’est toujours un plaisir de rencontrer des gens aussi passionnés que vous Kevin…
Et merci également à toutes les personnes qui ont pris le temps de lire ces quelques lignes pour découvrir notre petite maison d’édition.

À très bientôt sur notre site pour découvrir nos publications.


Je tiens encore à remercier Joël pour cet interview et la confiance de Taurnada pour la lecture de ses livres. N'hésitez pas à consulter leur site (ici) ou aimer leur page Facebook (ici)

Je souhaite à Taurnada de continuer sur sa lancée et de nous offrir toujours plus de livres à lire, de bons moments à partager avec les mots. 

Je souhaite également de tout coeur à Joël de pouvoir terminer un de ses livres et surtout, de prendre parfois un peu de temps pour souffler. 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie