mercredi 30 décembre 2015

Eclair de lune

Nom du livre
Auteur
Sylvia A. Winters
Editeur
Reines-Beaux (Less Than Three Press)
Année de parution
2015
Genre
Bit-Lit, LGBT, Gay
Nombre de pages
119 pages

Synopsis

            Arrow aime son boulot… plus ou moins. Il paye bien, lui permet de voyager où il veut et de se servir de ses talents très particuliers. Mais lorsqu’il découvre une lettre adressée à l’homme qu’on l’a récemment chargé de retrouver, il commence à se demander si ce qu’il a est vraiment ce qu’il veut.

Quinn s’est résigné à une vie solitaire. Il se consacre à la clientèle inhabituelle de Lune de Cristal, un magasin ne s’adressant qu’aux sorciers. C’est une vie certes peu passionnante, mais il survit. Puis un bel étranger passe la porte et Quinn commence à se dire que survivre ne lui suffit plus.

Mon avis

             Je voudrais remercier Reines-Beaux pour me faire confiance dans la lecture de leurs romans. Je suis assez mitigé face à ce court roman (ou longue nouvelle, tout dépend du point de vue du lecteur) et vais vous livrer mon avis sans plus attendre.

            Tout d’abord, sans vouloir critiquer le travail de la correctrice, j’ai trouvé quelques fautes dans la nouvelle et c’est assez regrettable au niveau de la forme du récit. C’est toujours plus agréable de lire un roman sans faute qu’un avec quelques erreurs éparpillées tout au long de l’histoire. Je veux bien admettre parfois la présence d’une faute ou deux mais plus commence à gâcher l’intégration dans l’histoire. En effet, même si ça agit sur la forme du récit et non sur son fond, des fautes d’orthographe récurrentes et visibles nous font perdre le fil de l’histoire et donc de notre intégration dans celle-ci car nous lisons une nouvelle fois le passage mal orthographié et regardons les différents accords pour, au final, admettre que la correctrice a commis une erreur d’inattention. Seulement après cette constatation, nous pouvons reprendre le fil de l’histoire, là où nous l’avions laissé mais nous avons de nouveau besoin de temps pour nous immerger dans l’histoire. En tout cas, cela vaut pour moi et tous les lecteurs de mon genre. Maintenant, dans les autres types de lecteurs, je ne sais pas. Je voulais juste signaler cette petite erreur de forme pour la corriger.
            Néanmoins, nous avons une histoire haletante à laquelle nous adhérons rapidement. Dès les premières lignes, nous percevons de manière floue ce qui va arriver dans les futures pages. Nous accrochons à l’histoire et notre intérêt se trouve décuplé. Nous prenons connaissance des personnages et des secrets qui les entoure … des secrets livrés goutte-à-goutte à travers le récit. Nous mettons donc un filet à nos yeux qui intercepte le moindre détail, la moindre information qui puisse nous dessiner le portrait global de l’histoire. Cette attitude de lecture est dû au fait que nous avons, de la part de l’auteur,  une préconisation du genre Bit-Lit. Dans de nombreux livres de Reines-Beaux, la relation amoureuse était mise en évidence et nous suivions donc principalement ce fait. Or, ici, nous avons un partage des deux genres et nous suivons donc deux intrigues. Celle, bien entendu, amoureuse mais l’autre, soulignée par l’auteure, concernant l’histoire sans la relation amoureuse.  Nous avons donc un détachement d’intérêt sur deux éléments, sur deux fils et nous sommes donc plus attentifs pour n’en perdre aucun. L’auteure  a su, dans un petit roman, de nous partager deux intrigues, c’est donc à nous d’endosser nôtre rôle de lecteur et de suivre ces deux pistes jusqu’au bout. C’est un peu comme être devant la télé, en train de regarder un des épisodes de Star Wars (on est en pleine saison donc je prends cette exemple) et en même temps, de papoter avec des amis sur son ordinateur. Nous sommes en train de réaliser deux activités à la fois et nous avons donc une attention plus grande, même si l’attention pour chaque activité est un peu plus diluée qu’à la normale.
            Pour terminer, ce qui est assez rare dans un récit dans lequel je trouve qu’il manque cruellement de détails, est le fait que nous les imaginons, que nous prenons même du plaisir à imaginer ce qu’il manque pour mettre le récit à nôtre goût. C’est un petit roman et les détails sont donc souvent manquants, ce qui est un peu dommage car nous sentons derrière les mots que l’idée est très intéressante et qu’avec un peu plus d’imagination et de temps, l’auteure pourrait transformer son récit en un chef d’œuvre, en un coup de cœur pour plusieurs lecteurs. A plusieurs moments dans l’histoire, je me suis arrêté de lire pour fermer les yeux et imaginer des détails pouvant combler le vide que j’avais au niveau de ma curiosité, de ma représentation. C’est un peu comme avoir une cuisine dernier cri avec de riches meubles élégants, un four des plus performants au design élégant, un frigo américain multifonctions mais ne rien avoir dans le frigo, dans les armoires, sur la table … avoir une cuisine élégante mais vide. Or, ajouter des éléments matériels pour combler une cuisine vide, c’est simple, on va en acheter. Pour en acheter, il faut de l’argent et l’argent vient du travail. Si l’auteure reprenait son récit et donnait de son temps pour le retravailler, pour combler les vides, son récit serait très bon.

            En conclusion, de par mon avis, j’invite l’auteure à poursuivre ce roman pour lui donner un meilleur goût.




Une longue nouvelle nous dévoilant une belle idée qui n’a pas été entière exploitée




Tu as déjà lu ce livre et tu aimerais partager ? Tu as envie de le lire et tu as peut-être des questions à me poser ? Ou peut-être que tout simplement tu veux faire plaisir. Laisse donc un commentaire.

Viens te le procurer sur :

- le site de l'éditeur (ici)
- Amazon (ici)
- la Fnac (ici)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie