samedi 1 octobre 2016

London Panic

Titre
Auteur
Olivier Jarrige
Editeur
Collection
Collection du Fou
Date de sortie
25 mars 2016
Nombre de pages
41 pages
Prix
0,99€ (e-book)

Une nouvelle sans prise de tête, dans un cadre futuriste, qui se laisse lire après une dure journée

     

Synopsis 

Une série de meurtres ignobles ensanglante les rues de Londres.

Hélas, les aéronefs de l'armée ne peuvent rien contre cette menace venue des bas-fonds.

Craignant qu'une panique généralisée ne déstabilise son règne, Victoria lance son meilleur agent sur les traces du meurtrier.

Dans cette étonnante nouvelle, Olivier Jarrige mêle personnages littéraires et historiques au cœur d'un Londres imaginaire, dangereusement fin de siècle.

Mon avis

            London Panic. Ce titre m’a énormément intrigué, le résumé tout autant. Inscrit dans le même genre que la science-fiction présentée dans « Villes étranges », je n’ai pas pu m’empêcher d’accepter de lire cette brève nouvelle, m’immergeant une seconde fois dans l’univers futuriste des auteurs des Éditions du 38 que je remercie.

Tout d’abord, ce qui m’a surtout plu est – encore – l’inattendu du livre. Que nous ayons lu « Villes étranges » ou non, à la lecture du résumé, nous façonnons tous une image de ce que peut être le livre, l’histoire et le déroulement de celle-ci. Malheureusement pour notre égo, nous tombons complètement dans un rêve aux fondations qui s’effondrent à la découverte de la réalité. L’histoire est tout autre. Nous sommes donc étonnés de ne pas avoir réussi à trouver au moins une partie de l’histoire. Pour ma part, je suis doublement étonné après la lecture d’un récit du même genre à n’avoir pas su anticiper ce qui allait arriver. Étonnés mais également attirés par cette nouvelle chose, cette histoire que nous ne connaissons pas. Je pense que nous avons tous une vision plus ou moins large de la science-fiction. Pour certains, ce genre se limite à l’espace et aux vaisseaux spatiaux. Pour d’autres, cela comprend les dystopies (ou encore, contre-utopies) telles que Hunger Games ou Divergente. Mais personne ne s’attend à tomber sur ce récit qui ressemble, d’ailleurs, à une dystopie mais qui n’en est pas vraiment une. Nous avons érigé des barrières dans notre esprit et ce récit nous fait découvrir ce qui se cache derrière. Nous nous sentons donc attirés par cet inconnu que nous avons trop longtemps caché.

            De plus, ce qui est très intéressant dans cette nouvelle est l’action qui y règne. Ce récit est court mais nous maintient tout le temps en haleine. Dès le début, nous évoluons dans des péripéties, enquêtes, bagarres, pièges. Tout arrive rapidement, nous laissant à peine le temps de souffler entre deux actions. Nos sens sont toujours en alerte. Quand nous découvrons que ce récit est en-dehors de nos limites, nous voulons continuer à vivre dans le risque, la peur, l’angoisse. Pour cela, des explications et détails ne servent pas à grand-chose. Seules les actions comptent. Nous sommes pris dans l’engrenage de cette folie d’aventure qui nous affecte et voulons, durant ces dizaines de pages, vivre comme un espion ou un hors-la-loi. Parfois, de simples moments comme ceux-là, pendant lesquels nous ne devons pas réfléchir, juste vivre font du bien. Nous avons envie et besoin de nous évader après une longue journée de travail ou d’école. Notre travail nous a horriblement fatigués et nous avons juste envie de nous détendre. Certains se feront couler un bain, d’autres décapsuleront une bière. Pour moi et les personnes comme moi, un bon livre simple à lire est le summum de la complaisance. Une nouvelle sans prise de tête qui nous fait vivre des péripéties, nous maintenant éveillés est bien.

            Pour terminer, à la fois sur une note positive et négative (selon le caractère des lecteurs), je tiens à parler des personnages principaux. Je devrais plutôt dire du personnage principal. En effet, c’est une nouvelle et une des caractéristiques de ce genre de récits, d’écrits est une diminution drastique du nombre de personnages faisant partie de l’histoire pour que celle-ci soit plus courte. Soit. Le personnage principal. Un héros que j’ai plus ou moins aimé. Évidemment, nous avons peu de détails sur lui et nous devons laisser errer notre imagination pour lui créer une identité propre. Malgré tout, nous avons quelques détails le concernant qui nous aident à l’imaginer. Ce personnage m’a justement frappé pour cela. Le récit est assez court et malgré cette contrainte, l’auteur arrive à donner vie à un personnage qui m’émeut. Il est à la fois bien et pas bien. Certaines parts de lui coïncident avec mes valeurs, d’autres me rebutent. Je trouve cela assez bien joué de la part de l’auteur. Surtout qu’une nouvelle ne s’attarde normalement pas beaucoup sur les personnages. Et vous, vous plaira-t-il ?

            En conclusion, cette nouvelle se laisse agréablement lire après une journée particulièrement éprouvante de travail.

Pour l’acheter


 

            

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie