dimanche 22 mai 2016

Mémoires d'un Grain de Sable et autres nouvelles

Nom du livre
Auteur
Béatrice Ruffié Lacas
Éditeur
Belladone
Année de parution
2015
Genre
Nouvelles
Nombre de pages
136 pages

Synopsis

            Seize nouvelles noires mêlant horreur et humour et dans lesquelles la mort rôde toujours.

Mon avis

             Je tiens, avant de commencer la rédaction de mon avis, remercier l’auteure de m’avoir permis de découvrir son écrit. J’aime, de temps en temps, lire un livre plus léger, un recueil aux multiples histoires plus ou moins courtes. Ce livre est donc tombé à point.

            Tout d’abord, les histoires étaient fluides et c’était un pur moment de régal. Les pages défilaient l’une à la suite de l’autre sans que je sois coupé dans mon élan de lecture par une tournure de phrase différente, plus soutenue ou un registre langagier plus élevé que la normale. Nous n’avons donc pas la présence de procédés littéraires que certains lecteurs affectionnent et que pour ma part, même si je ne peux qu’avouer la beauté de cette maîtrise de la langue, je trouve cela bloquant, gênant la lecture d’un écrit. L’auteure a très bien compris cela, elle a appliqué un vocabulaire de tous les jours et une syntaxe simple mais claire pour faciliter le lecteur, lui donner une certaine aisance de lecture. Outre cette facilité de compréhension, un style qui ne bloque pas le lecteur permet à ce dernier de mieux s’immerger dans l’histoire et dans ce cas-ci, les histoires. Nous nous sentons plus proches des personnages, du cadre … du récit en lui-même, nous avons plus d’accointances avec la nouvelle car le langage normal utilisé est commun. Un livre peut être comparé à une personne. Si le langage est soutenu et les tournures de phrases lyriques, cela donne naissance à un aristocrate, un bourgeois mais si le langage employé est bien sans être familier, nous pouvons considérer le livre comme une personne lambda. Et je suis loin d’être un aristocrate. Du coup, nous nous sentons plus attirés par ce second type de personnes car nous partageons notre maîtrise de la langue française.

            Ensuite, j’ai aimé la diversité des nouvelles. Nous observons déjà une différence au niveau de la longueur des histoires mais la plus frappante concerne, sans aucun doute, les genres des récits. Nous passons du contre enfantin à la morale implacable au thriller mêlant suspense et folie. J’ai trouvé cela sympathique que les genres différaient et que nous ne tombions pas dans un récit du même registre, de peur de trouver les nouvelles calquées les unes sur les autres, répétitives. En tant que lecteurs, nous avons également vécu un panel entier de sensations, passant d’un récit plus léger à un plus lourd, passant d’un récit plus long à un plus court … Chaque nouvelle était, en fait, une surprise car nous ne savions pas sur quoi nous allions tomber et notre lecture était donc plus intéressante que la normale. C’est un peu comme partir dans un voyage découverte. Soit vous visitez de fond en comble une seule exposition, un seul monument, soit vous profitez du temps de votre séjour pour visiter plusieurs expositions et monuments, même si ce n’est qu’une visite superficielle. L’auteure, dans ce cas, en a profité pour nous faire découvrir les genres de son panel, de sa palette et le voyage – comme tout voyage réussi – nous a ravi.

            Pour terminer, j’ai aimé la noirceur progressive qui transperçait des nouvelles. Chaque histoire devenait un peu plus noire, un peu plus sombre. Plus nous voyons à quel point l’auteur peut écrire de manière sombre, plus nous avons envie d’en découvrir plus. Cette noirceur donne quelque chose en plus, c’est un atout et c’est écrit de manière très subtile, sans pour autant tomber dans un registre pompeux. Notre intérêt, notre envie de découvrir la suite grimpe proportionnellement aux nouvelles lues. Cela permet également de donner une certaine touche de vie à l’histoire, de la démarquer du commun, de la moyenne. C’est un peu comme un plat cuisiné et qu’on mange depuis longtemps auquel on ajouterait une épice à la fin pour relever le goût. À la première bouchée, on reconnaîtra la saveur du plat mais on gardera en bouche un arrière-goût de cette épice. À chaque bouchée, on se concentrera un peu plus sur elle pour deviner son nom jusqu’à la bouchée finale et soit on aura reconnu l’épice soit on aura mangé un plat savoureux mais dans les deux cas, c’est réussi.

            En conclusion, ce recueil a du potentiel et je conseille sa lecture qui détend. Encore merci et bravo à l’auteure.



Un recueil aux mystérieuses nouvelles variées et sombres




Tu as déjà lu ce livre et tu aimerais partager ? Tu as envie de le lire et tu as peut-être des questions à me poser ? Ou peut-être que tout simplement tu veux faire plaisir. Laisse donc un commentaire.

Viens te le procurer sur :

- le site de l'éditeur (ici)
- Amazon (ici)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ton commentaire, cela fera plaisir à l'auteur de ce blog ! Il t'en remercie